Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog De...pep!

  • : Pornichet Environnement Patrimoine
  • : PEP: Association de protection de l'environnement et du patrimoine de PORNICHET en Loire Atlantique
  • Contact

images d'ici...

Photo ci-dessus : Thierry WEBER ( voir liens)

ci-dessus Photo Thierry WEBER (voir liens)

 

  

 

Recherche

...

Participez à la vie de PORNICHET, en nous donnant votre avis ou même en adhérant à PEP, pour protéger la qualité de vie et l'environnement dans notre commune!

 

Tous Les Articles

=============

  

 

 

 

 

 

 

 

(Photo "les haubans": Thierry WEBER voir liens) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 21:16

La mixité sociale : une utopie pour notre ville ?

 

« Il n’est pas bon que dans la cité tous les gros et dodus soient au même endroit » (1)

La politique publique de lutte contre les "ghettos " et de promotion de la "mixité sociale" telle qu’elle est aujourd’hui conçue n’a jusqu’à présent rien produit de très concluant au niveau national.Tout d’abord parce que, depuis de nombreuses années, des municipalités et des organismes de logement social se sont emparés de la notion de " mixité sociale " pour en faire un usage très contestable : à savoir contrôler et sélectionner leur population, en cherchant à écarter les plus pauvres,les étrangers ou certains "immigrés". Mais c’est plus généralement sur les présupposés des politiques visant à une répartition " équilibrée " des populations qu’il faut s’interroger.

Faut-il, pour mieux faire société sérier les individus, trier dans la multitude en fonction de quelques critères, l’âge par exemple et regrouper ceux qui se ressemblent dans des espaces urbains qui leur seraient dédiés ?

Faut-il au contraire choisir la variété, la diversité, le mélange, la mixité sociale comme principe organisateur de la partition des populations dans notre espace urbain, c'est-à-dire dans l’espace social ?

Cette mixité sociale est elle possible ? 

La mixité sociale, est-ce finalement qu’une utopie ?

Pour tenter de répondre à cette question, en nous appuyant sur les recherches du sociologue Michel Billé, reprenons la définition de la « mixité sociale » puis tentons de comprendre comment elle opère dans les intentions, les projets et initiatives qui sont développés au nom de cette idée. C’est qu’en effet, derrière cette notion, se cachent des questions très concrètes, de rapports entre des groupes sociaux, de rapports entre générations, de place des retraités et des plus âgés de nos concitoyens dans l’espace public, de leur participation aux échanges sociaux et finalement à la vie de la cité. C’est de la citoyenneté, capacité à vivre avec autrui.

La mixité sociale se définit selon le sociologue Gérard Baudin « comme une présence simultanée ou la cohabitation en un même lieu de personnes ou de groupes différents socialement, culturellement ou en encore d’âges, d’origines, de nationalités différentes ». Notion intégrée dans le droit par la loi d’orientation pour la ville du 13 juillet 1991 dite encore LOV.

La mixité sociale s'inscrit au cœur des débats sur le vivre ensemble dans notre société. Elle revêt de ce fait une importance majeure dans toute société démocratique. Le concept même de mixité sociale renvoie aux valeurs de la République française, celles d’une République une et indivisible telle que le prévoit notre Constitution. 

La mixité sociale concerne-t’elle- tous nos contemporains ?

Entre-soi ou non ?

Certains de nos contemporains fuient certains quartiers et optent délibérément pour un habitat parfaitement normalisé, dans des zones identifiées, gardées, protégées et s’y précipite persuadés qu’ils sont qu’on ne peut vivre bien qu’avec son semblable, son identique, au milieu d’une multiplicité qui n’est autre que la répétition du même. Les « villages retraites » comme les séniorales de Pont-Aven.

Tout se passe comme si l’avancée en âge, la retraite et la vieillesse, déjà, poussaient l’individu à croire qu’on ne vit bien qu’à l’intérieur des frontières de l’entre-soi, entre-soi des âges, entre-soi des milieux sociaux d’appartenance…

Vivre avec autrui différent, est-ce dangereux ?

 

Habiter c’est d’abord occuper de l’espace, une portion d’espace sociale. Or on n’occupe pas cet espace de la même manière selon que l’on est par exemple, homme ou femme, propriétaire ou locataire, jeune ou plus vieux.etc…

Il n’y a d’espace que social et culturel. Plus largement, la nature et la forme du bâti, le choix desmatériaux, l’agencement de l’espace intérieur, l’articulation de ce dernier avec l’extérieur, tout parle de culture. Que les regroupements de populations par caractéristiques culturelles identiques aient été voulus ou non, maîtrisé ou non est une autre histoire…On parlera ici du « quartier juif « de Paris,

ailleurs du « quartier chinois » partout on repère les quartiers bourgeois des quartiers populaires.Localement prenons pour exemple le quartier de Saint-Sébastien et le quartier de Sainte-Marguerite.

Toujours du même processus : à l’inverse de l’idée-même de mixité sociale, aujourd’hui il s’agit de désigner les populations pour leur attribuer, pour leur assigner une place dans l’espace social.

Les caractéristiques du peuplement d’un ensemble ou d’un quartier résultent de trois facteurs : l’arrivée de nouvelles populations, le départ des populations en place, l’évolution de la situation de ceux qui restent. Ce mécanisme est valable aussi bien pour l’embourgeoisement d’un quartier ou pour sa paupérisation

La première cause de non mixité avec l’histoire, c’est le marché, qui produit naturellement de la ségrégation territoriale. Les coûts fonciers et immobiliers excluent de grandes parties de la population et les renvoient dans les franges urbaines les moins agréables. Inversement la qualité de vie dans un quartier, les espaces verts, les services publics et surtout des établissements scolaires de qualité pèsent sur les prix et le réservent aux plus riches Non seulement le parc social tend à se paupériser, ce qui contribue à la ségrégation, mais, compte tenu de l’ampleur des besoins, la tentation est forte d’en exclure encore davantage les représentants des classes moyennes – employés, jeunes ménages, instituteurs ou infirmières, ouvriers qualifiés – pour le réserver exclusivement aux plus démunis. De l’autre côté le secteur locatif privé, du moins dans sa partie décente, est peu accessible aux plus fragiles, et la liberté contractuelle permet en outre plus facilement d’éviter certaines populations.

« Partager une culture ce n’est pas tendre à l’uniformité mais partager avec tous, jeunes ou vieux, des pratiques, des modes de vie, des manières de faire qui constituent un ensemble détenu en commun ». (Michel Billé)

 

Habiter c’est occuper une place dans un espace symbolique. Les « vieux » occupent dans cet espace symbolique des places qui à travers l’habitation parlent d’autre chose que de logement. : Leur histoire personnelle d’abord, des rôles joués dans le passé, des choix effectués, des statuts occupés… Elles parlent aussi de l’histoire collective; de l’histoire locale, des rapports de pouvoir et des rapports politiques locaux. Chacun aura en tête par exemple une ville divisée entre deux clochers qui déterminent deux paroissesqui rivalisent. En l’occurrence nous pourrions citer nos deux chapelles (St-Sébastien et Notre-Dame des Dunes) Cet espace social, culturel et symbolique est profondément espace politique. C’est en d’autres termes, être considéré comme un citoyen, entrer dans ce statut de citoyen. Il est tentant parfois de réduire ce statut à sa seule dimension électorale.

 

 

Habiter c’est aussi exercer un droit, le droit à un logement décent, proportionné, adapté. Ce droit d’occuper une place dans l’espace social permet alors d’adopter des comportements sociaux, des habitudes ou modes de vie, par lesquels nous intégrons au tissu social environnant. Faire des courses dans telle supérette, acheter un journal…participer à la vie d’une association, échanger quelques visites, voire quelques services avec des voisins, autant de pratiques sociales rendues possibles par le fait d’habiter ici ou là-bas. « Habiter c’est s’intégrer, c’est cette intégration qui donne le sentiment d’appartenance : on est de tel quartier, du côté mer ou du côté campagne. Le lien social passe par cette appartenance ». (Michel Billé)

 

Alors, la mixité sociale est-elle finalement une utopie?

Avec la décentralisation, les collectivités territoriales ont vu leurs compétences renforcées par des transferts effectués par l’État. A noter que ce dernier se désengage au niveau des offices HLM.de plus en plus comme nous avons pu le voir dans l’élaboration des derniers budgets (en effet l’Etat a décidé de prélever en 2011,2012 et 2013, 340 millions par an sur les fonds du mouvement HLM pour « alimenter » son budget.

Les communes et leurs groupements (intercommunalités) se révèlent néanmoins impuissants pour favoriser la mixité sociale sur leur territoire.

En effet, si les communes disposent en principe d’une compétence étendue en matière d’urbanisme, la construction de logements sociaux dépend étroitement de certains facteurs locaux. La situation est ainsi très différente selon qu’une commune dispose ou non d’importantes ressources grâce à la fiscalité locale et aux dotations de l’État en fonction de sa population et de grandes réserves foncières.

Dans bien des cas, la petite taille des communes et le manque de ressources rendent difficiles de tels investissements. De plus, la politisation de la construction de logements sociaux et la pression exercée par les habitants réticents placent les élus locaux face à des décisions délicates.D’autres facteurs expliquent la dégradation de la mixité sociale dans les communes. Dans les quartiers susceptibles d’être réhabilités, la propriété foncière demeure complexe, mêlant terrains du domaine public et du domaine privé, avec parfois une multitude de propriétaires difficiles à identifier et à mobiliser, allongeant ainsi le délai de réalisation pour chaque opération de construction et de rénovation. Notre commune voisine, La Baule, rencontre ces difficultés dans le cadre de l’aménagement de la ZAC du jardin de la victoire. Enfin, les communes ne disposent pas d’instruments efficaces pour juguler la hausse des prix du foncier. Or, le prix du foncier est un facteur déterminant pour le coût des opérations de construction. Dans une commune comme la nôtre le foncier atteint des sommes au m2 exorbitantes. - Pornichet est la deuxième ville la plus chère sur le littoral du

Havre à Biarritz pour le m2 constructible.et sur les Pays de la Loire la commune la plus chère au m2 locatif- Comment réguler le marché immobilier alors qu’un d’un côté nous avons peu d’offres et de l’autre côté une clientèle à fort potentiel financier. 

 

Certaines communes comme Pornichet ont fait, semble t’il, le choix de l’immobilisme, en dépit de la loi SRU, afin de satisfaire leur population, quitte à payer les amendes prévues.

N’est-il pas logique et indispensable que les services de l’état, les organismes sociaux et les collectivités territoriales (ville de Pornichet et la Carène) puissent travailler main dans la main pour offrir à notre commune et à l’intercommunalité un certain équilibre social du territoire. Mixité sociale et solidarité territoriale sont devenues des piliers majeurs des politiques de l’habitat formulées et doivent être mises en œuvre à l’échelle locale.

Pour favoriser cette diversité sociale, N’est-il pas souhaitable, sans dénaturer l’aspect environnemental et sociologique, de développer dans chaque quartier la coexistence de différents types de patrimoines, de faire coexister parc social ou très social et parc privé, locatif et accession à la propriété, grands logements familiaux et studios pour personnes seules, mais aussi habitat, services publics et activités :l’implantation de commerces, d’espaces publics…. 

 

Alors croire en la mixité sociale c’est sans doute une utopie mais une utopie nécessaire parce qu’elle contribue à maintenir du lien là ou tout concourt à le détruire et que sans ce lien, si ténu soit-il parfois, la société serait encore plus difficile à vivre qu’elle ne l’est pour les plus défavorisés de nos concitoyens

 

«  L’injustice sociale est une évidence si familière, elle est d’une constitution si robuste, qu’elle paraît facilement naturelle à ceux mêmes qui en sont victimes. »Marcel AYMÉ -silhouette du scandale-

 

Le bureau

 

(1)F. MIRON, Prévôt des marchands, s’adressant à Henri IV : « Ne suis point d’avis de bastir des quartiers à l’usage exclusif d’artisans et d’ouvriers. Il ne faut pas que les  petits soient d’un côté et les gros et dodus de l’autre ; c’est beaucoup plus sûrement mlangé. »

Repost 0
Published by BureauAPEP
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 09:54

Compte rendu de l'Assemblée Générale de Juillet 2011

 

Notre AG s'est déroulée en présence d'une vingtaine de personnes, de Mr le Maire et de Mr Gout, Maire adjoint; Notre association compte une centaine d'adhérents à jour de leurs cotisations.

Les sujets abordés ont été les suivants:

la zone inondable: rappel de nos interventions auprès d'Intermarché :

Parking bitumé sur les voies de circulation que nous déplorons, réservoir d'eau très inesthétique pour les riverains, qui a depuis fait l'objet de travaux pour qu'il s'intègre mieux, gravats liés aux travaux à enlever, ce qui a été fait ;

Auprès des différents propriétaires des parcelles adjacentes pour que les divers gravats soient enlevés, (fait pour la plupart, reste le terrain Contival);

Intervention auprès de la mairie au sujet des arbres abattus près de l'hippodrome (le maire nous a expliqué qu'ils étaient vieux et obstruaient les conduites, ils seront remplaçés à l'automne par des aulnes), et concernant l'enrobé noir des pistes qui nous semblaient être du goudron. On nous a emmenés voir les pistes et nous avons constaté que cet enrobé permettait l'écoulement des eaux;



Les algues vertes: La situation est grave et nous aimerions que les maires des communes concernées comme Pornichet, s'unissent pour exiger de l'Etat des mesures, puisque les causes et conséquences de cette pollution sont à présent connues.



Plage: veillons à la préservation de la dune du port d'échouage, menacée par l'ampleur de la "sardinade " annuelle.



Circulation et stationnement: le Maire nous a fait part d'une reflexion commune Pornichet/La Baule pour un front de mer avec une voie réservée aux circulations douces, ce dont nous nous réjouissons. Nous apprécions aussi la navette gratuite. Des points noirs subsistent toujours, tels l'avenue Emile Outtier, le croisement Bois Renard/Ermitage, etc. Nous regrettons aussi que Pornichet reste aussi peu accessible aux handicapés mais aussi aux cyclistes: les emplacements de stationnement sur le front de mer, par exemple, se font toujours attendre. Nous aimerions aussi que le chemin du Siffrais soit reconverti en piste cyclable.



Couvert végétal: le collectif d'association a alerté la mairie sur le problème des particuliers qui abattent trop facilement les arbres. Nous souhaitons que la commune incite les habitants à protéger le couvert végétal .

Parmi les actions menées cette année par l'association, notons l'organisation d'une expo d'objets recyclés.Dans l'idéal, nous souhaiterions que ce qui est déposé à la decheterie puisse être récupéré dans le cadre municipal et recyclé, peut être par le biais d'association de réinsertion?

 

Nous apportons aussi notre soutien à un collectif d'associations de la Carene: on exige de certains particuliers à qui on avait promis le tout à l'égout qu'ils mettent à de nouvelles normes (très coûteuses) leur assainissement non collectif. A Pornichet, cela concerne des habitants des Forges. La nouvelle station d'épuration des écosiernes, toute proche, ne les prend pas en compte..cependant, nous pensons que dans un avenir proche, le tout à l'égout passera devant chez eux et nous espérons donc qu'ils puissent bénéficier d'un moratoire.

 

la réunion s'étant malheureusement terminée plus tard que prévu, l'intervention de Mr Le Pottier sur les énergies sera remise à une date ultérieure.

 

Renouvellement du CA: sortant, Mr GRENET, entrant, Mr Lefeuvre.

Renouvellement du Bureau: Mme Brigitte Morice: Présidente, Béatrice Legeais: Vice-Présidente et trésorière,Laurent Lefeuvre: Secrétaire,

Autres membres: Serge Le Pottier, Yolande Morantin, Pascale Bergerot. Mr Christian Le Parc nous rejoint également au sein de l'association.

 

Repost 0
Published by BureauAPEP
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 11:51

Certains d'entre vous se sont étonnés ces derniers jours de voir que des peupliers venaient d'être abattus près du nouvel hippodrome. Nous pensions donc écrire à la mairie et demander des explications à ce sujet: outre le fait que les peupliers cachaient un peu les énormes "projecteurs" de l'hippodrome, chacun sait qu'ils retiennent l'eau: or  ce secteur a cruellement besoin de mesures prévenant les inondations!

On avait là une technique naturelle et ..gratuite pour en limiter les excès!! On comprend mieux ce matin pourquoi ils ont été abattus: c'est certainement pour "mettre en valeur" les engins qui bitûment allègrement une route (!!) à l'intérieur même de l'hippodrome! On croit rêver! Dans le secteur le plus sensible de la ville, le goudron s'installe!

 

Nous croyions naïvement que Mr le Maire nous avait promis un espace naturel et qui permettrait de lutter contre les inondations! J'ai du mal à croire qu'il existe une explication de nature à nous satisfaire! Et puisque le doute s'installe;, profitons en pour nous demander si Intermarché détruira bien le goudronage recemment fait sur ses nouveaux parkings, comme Mr le Maire l'a affirmé lors de notre dernière AG..

 

Nous allons donc écrire à nos élus et nous vous tiendrons, ainsi que la presse, informés de la réponse.

 

Pour Pornichet Environnement Patrimoine,

Béatrice Legeais

Repost 0
Published by BureauAPEP
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 12:35

recup-expo-apep-copie-3.jpgNous vous attendons nombreux le 9 avril.

En cette période de crise économique et écologique, il est nécéssaire d'apprendre à tirer le meilleur parti des objets qui nous entourent. Un peu de créativité et d'originalité redonneront de la vie à vos meubles et bibelots.

Dans l'idéal, nous aimerions que la mairie et la Carène organisent une récupération des encombrants et de tout ce qui peut être ré-utilisé à la déchetterie. Un tri pourrait être opéré par les employés et  la rénovation confiée à une association caritative, qui revendrait les objets ou les donnerait à des familles dans le besoin.

Si vous avez d'autres idées permettant de tirer le meilleur parti de l'existant et de protéger  l'environnement, elles sont les bienvenues.

Repost 0
Published by BureauAPEP
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 09:40

Ene ce triste anniversaire de la tempête Xynthia, l'Etat impose à nos communes l'élaboration d'un PPRI (Plan de prévention des risques d'inondation). Nous trouvons qu'il s'agit là d'une sage initiative. En effet, même si la commune de Pornichet ne semble pas pour l'instant menacée de manière aussi tragique que les villes touchées en Vendée, elle se trouve bien en bordure littorale. Elle est bien aussi entourée de zones inondables.

Plus personne ne doute plus aujourd'hui du changement climatique, c'est donc l'avenir qu'il nous faut préparer et anticiper.

Nous espérons que la mairie nous associera à l'élaboration de ce document et mettra à notre disposition toutes les informations dont elle dispose.

Notre front de mer, si dense, est en première ligne en cas de désastre majeur et que je sache, la réflexion est rare sur le sujet. Le PPRI aura le mérite de nous obliger tous à nous pencher sur cette question.

Nous rappelons une fois de plus que même si la vie des pornichetins n'est pas en danger à ce stade, la construction en zone inondable dans le secteur d'intermarché a et aura des conséquences, non seulement sur les futures habitations, mais également sur celles déjà installées.

Il nous est nécessaire d'accueillir de nouveaux habitants ou notre ville vieillira. Mais il faut se préparer à investir dans des solutions techniques plus coûteuses ,voire originales, déjà mises en place dans des pays comme la Hollande si nous souhaitons développer notre ville en tenant compte de son caractère littoral et inondable. Remblayer les zones humides et créer ailleurs des bassins de rétention n'est pas la solution miracle. Respectons le trajet de l'eau au lieu de défier la nature, et construisons sur pilotis s'il le faut. Les exemples existent ailleurs, à nous de nous en inspirer.

 

Il faut que la tragédie subie en Vendée n'ait pas été vaine et qu'elle nous oblige tous à agir de façon plus responsable envers la nature et à anticiper les extrêmes au lieu de nous abriter derrière un sentiment de fausse sécurité.

 

 

Béatrice Legeais

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by BureauAPEP
commenter cet article
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 09:11

Chers amis,

 

Nous vous offrons, ainsi qu’à votre famille tous nos vœux pour cette année 2011 qui commence !

Que la santé et le bonheur soient au rendez-vous.

 

Nous continuerons, quant à nous, à œuvrer pour que Pornichet offre à tous, résidents permanents et vacanciers, un cadre de vie agréable et respectueux de l’environnement. Pornichet n’est pas une ville comme les autres : on vient y chercher du calme, de l’harmonie, de la beauté, et se ressourcer loin des grandes villes et du stress. Cela n’exclut pas bien sûr des activités variées et du dynamisme, et il serait temps aussi de proposer des solutions permettant de rajeunir notre population.

 

Nous formulons pour 2011 le vœu que ce défi puisse être relevé, avec la contribution des nombreuses associations pornichétines et la volonté municipale.

 

Certains aspects de ce projet sont difficiles à mettre en œuvre : il s’agit de privilégier l’accès à la propriété ou à la location à de jeunes ménages résidant à l’année, et non plus à des investisseurs n’ouvrant leurs volets que deux mois par an. Cela peut cependant se faire, notamment par le biais de lotissements communaux.

D’autres solutions moins permanentes s’offrent à nous, comme la création d’une auberge de jeunesse, de préférence dans une villa reconvertie, qui permettrait d’accueillir à l’année des touristes du monde entier.

Dynamiser et mettre en valeur une ville est toujours coûteux, mais en ces temps de crise, le bon sens français permettrait bien souvent d’éviter ou de limiter les frais, tout en préservant l’environnement.

Une vingtaine de nouveaux pylônes d’une taille impressionnante ont été  implantés autour des pistes de l’hippodrome. Nous n’osons imaginer leur coût et leur future consommation électrique.

 

L’urbanisation de la zone inondable autour d’Intermarché, à laquelle nous sommes opposés, va engendrer des frais d’infrastructures et d’entretien pour la commune (nouveaux carrefours, etc..).Nous espérons que ces frais ne se doubleront pas du coût engendré par de nouvelles inondations.

Suite à l’article que nous avons fait paraître sur le sujet, Mr le Maire nous a reçus et nous a proposé de participer à la réflexion sur les moyens d’éviter les inondations dans ce secteur lorsque les permis de construire seront déposés. Nous avons accepté cette proposition constructive, mais le principe de précaution  (mettre en place toutes les mesures compensatoires et se donner quelques années pour juger de leur efficacité avant de construire) aurait été préférable.

 

Nous apprécions cependant les efforts faits pour comprendre les raisons des inondations dans certains quartiers- parfois, une simple canalisation bouchée car non entretenue-, ainsi que la volonté de se débarrasser des remblais accumulés depuis des années rue des Renardeaux par les municipalités précédentes : c’était devenu une vraie colline artificielle ! Elle perd de sa hauteur, et nous souhaitons la voir disparaître entièrement.

 

Parfois, des solutions simples permettent de résoudre les problèmes, et nous encourageons les collectivités territoriales à les mettre en œuvre.

Nous formulons aussi le vœu que 2011 soit l’année des circulations douces sur la commune.

 

 

Quant à nous, nous allons placer cette année  sous le signe de la chasse au gaspillage :

 

 Parmi les propositions que nous ferons figurera celle de recycler plus d’objets : nous commencerons cette année par une exposition d’objets recyclés  à laquelle nous vous appelons tous à participer ! Nous avons tous chez nous des objets qui ne servent pas et dont nous voulons un jour « faire quelque chose ». C’est le moment ! Transformez ou rénovez ces objets et confiez- les nous le temps de l’exposition, qui se tiendra le 9 avril, au Foyer des Anciens.

 

A terme, nous souhaiterions que la commune, avec l’aide des associations, organise la récupération et la ré-utilisation de tous ces objets qui jusqu’ici sont toujours partis à la casse.

 

Ce projet est ouvert à tous, donc n’hésitez pas à proposer à vos amis, enfants petits enfants de participer ! Ce sera l’occasion de faire connaître notre association et de l’ouvrir à de nouveaux publics : nous aussi avons besoin de rajeunir nos rangs !

 

Les objets recyclés devront être déposés le jour de l’exposition ,le 9 avril prochain, à partir de 8h30 .L’ouverture se fera à 9h/ 9h30. Contact : Béatrice Legeais, 02.40.11.62.39.

 

C’est avec plaisir que nous vous y retrouverons. Une nouvelle année démarre et nous espérons que vous nous ferez part de vos idées et remarques. A très bientôt !

 

Le Bureau.

 

 

Repost 0
Published by BureauAPEP
commenter cet article
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 10:11

 

 

RISQUES D'INONDATIONS : PORNICHET SE PREMUNIT

 

 

 

ARTICLE DE MR ORIOT OUEST FRANCE DU 13.11.2010

 

Un projet immobilier a proximité de l'hippodrome inquiète une association environnementale. La ville rassure en listant tous les travaux de prévention en cours.

 

LE PARC D'ARMOR pose question. L'Association Pornichet Environnement Patrimoine (APEP) s'inquiète des problèmes d'inondation (ouest france du 9.11.2010),  sur la zone de l'Hippodrome. Sa crainte : un projet urbain partenarial évoqué au dernier conseil municipal, le 18 octobre. il concerne la construction de logements sur et à proximité de la zone inondable de l'hippodrome, Le Parc D'Armor.

 

15 ans de problèmes d'inondation. l'Apep affirme : à de nombreuses reprises, notre association a mis en garde la municipalité contre les risques accrus d'inondation que cela allait faire subir aux riverains. cela fait plus de 15 ans que cela dure et la nature, hélas, nous a toujours donné raison.

 

Pas encore de permis déposé. L'Apep rappelle que le préfet "a pourtant mis très récemment en garde les maires, et ce secteur figure dans la Zone de Vigilance ! " La municipalité dit suivre "ce dossier avec attention.Le maire a rencontré le préfet à ce sujet". pour la Ville de Pornichet, " à ce jour, le Plan de Prévention des Risques Littoraux (PPRF) n'est pas en vigueur et personne ne sait quel en sera le contenu. Aucun permis n'a encore été déposé pour le Parc D'Armor".

 

Mesure compensatoires inconnues. les environnementalistes de l'association estiment qu'il faut, avant de construire "mettre en place les mesures dites compensatoires : en évaluer les effets, puis éventuellement élaborer un projet". la ville rétorque : "les mesures dites compensatoires ne sont pas connues ni de la municipalité, ni de l'association qui s'en inquiète avant l'heure".

 

Assainir le secteur. dans le cadre du permis de construire de l'intermaché, la municipalité à "exigé des garanties avec la réalisation de noues, de deux bassins d'orage et de dalles engazonnées sur le nouveau parking". cet été, la municipalité est également intervenue "pour assainir le secteur après concertation avec les riverains en reprofilant un fossé et en assurant sa jonction jusqu'à l'avenue Flammarion".

 

Refoulement à gros débit. l'Apep redoute de futures inondations à proximité de l'hippodrome. la municipalité lui oppose "dès le début de son mandat, d'importants travaux engagés pour augmenter la capacité de pompage et la performance d'évacuation des eaux pluviales avec un système de refoulement d'un débit de 5m3/seconde, soit pratiquement deux fois plus que précédemment".

 

4 millions d'euros d'investissement. pour la piste de l'hippodrome, deux bassins de rétention d'une capacité de 15.000 m3 chacun sont en effet "en cours de finalisation" ainsi qu'un système de dépression à l'intérieur des pistes de l'hippodrome. "ces investissements essentiels pour la sécurité de Pornichet s'élèvent à environ 4 millions d'euros".

 

Des mesures individuelles imposées. Enfin la Ville ajoute à ces mesures collectives "des mesures individuelles" prises dans le cadre du Plan Local d'urbanisme (PLU) qui " impose notamment un captage des eaux à la parcelle pour les nouvelles constructions ".Chaque permis de construire déposé " fait donc l'objet d'une étude des moyens de rétention d'eau ". La municipalité est d'ailleurs " intervenue plusieurs fois " pour exiger des promoteurs " la réalisation de bassins de rétention ".

 

 

Repost 0
Published by BureauAPEP
commenter cet article
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 19:07

Bonjour,

 

Notre AG aura lieu JEUDI 26 AOUT de 19h à 20h30, salle n° 3  à 

                                                     l'ESPACE CAMILLE FLAMMARION,

                                                               Bd de la République

            Rapport financier

            Rapport moral

 

         Les thèmes que nous aborderons seront:


          -le vote du PLAN LOCAL D'URBANISME

          -la ZPPAUP zone de protection du patrimooine architectural et paysager

          -le secteur de l'intermarché, le parc d'Armor

          -le Parc Paysager

          -les problèmes et solutions du stationnement et la circulation de cet été


 

Notre Maire Monsieur BELLIOT, et Monsieur GOUT seront présents à notre AG.

 

Si vous avez des questions à leur poser, préparez les.

 

Si vous désirez vous investir dans votre Association faites le nous savoir.

 

bon week end.

  

 


 


Repost 0
Published by BureauAPEP
commenter cet article
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 08:51

 

Une fois de plus notre association tient à dénoncer un nouveau projet, celui du Parc d`Armor, situé en secteur inondable à Pornichet: il s`agit cette fois d`une urbanisation intensive du quartier d`Intermarché. Nous avions déjà affirmé notre opposition à un projet similaire conçu par la municipalité précédente et nous espérions ne pas avoir à  faire de même avec celle-ci.

Nous ne sommes pas opposés à un agrandissement commercial longtemps attendu par les propriétaires du supermarché, qui nous ont présenté un plan très respectueux de l`environnement. 

 

En revanche, l`ampleur du reste du projet nous inquiète TRÈS SERIEUSEMENT; on va urbaniser  la partie haute ET la partie basse de ce secteur pour y construire résidence de tourisme, logements collectifs et maisons individuelles. Ce qui veut dire que l`eau jusqu`ici partiellement absorbée par la partie haute ruissellera jusqu`à une partie basse elle aussi devenue quasiment imperméable.

 

Si les contraintes d`urbanisme sont plus strictes aujourd`hui dans ce secteur, elles ne suffiront pas à enrayer les risques déjà extrêmement importants : les inondations qui ne manqueront pas de se reproduire affecteront toutes les habitations existantes ou à venir, ainsi que la nouvelle surface commerciale. Le bassin de rétention d`eau ne sera pas suffisant. Cette zone doit rester une zone tampon.

 

A Pornichet on veut toujours construire avant d`avoir testé l`efficacité des mesures compensatoires! Celles-ci sont mises en place en même temps que l`on construit, quand ce n`est pas après. Les différentes municipalités ont toujours été incroyablement confiantes, malgré les échecs réguliers de cette politique tant sur le plan géologique qu`électoral: les pornichétins, plus raisonnables que leurs élus,  sanctionnent ces méthodes lors du vote.

 

Pornichet n`est pas seul dans ce cas. D`autres municipalités , notamment en Vendée comme cela a été douloureusement démontré cette année, font passer les intérêts liés à la construction avant la sécurité. Cela ne nous console pas.

 

D`autres aspects sont critiquables : chaque nouveau projet entraîne son lot d`investissements communaux et donc payés par le contribuable. Celui-ci n`échappe pas à la règle et aura un coût estimé de 1.2 millions d`euros pour créer deux liaisons routières et un bassin de rétention.

 En principe lors d’opérations de promotion immobilières privées la commune met à la charge des promoteurs une charge foncière d’équipement mais à Pornichet c’est la commune qui supporte la plupart des aménagements nécessaires pour que les promoteurs réalisent leurs projets. Cherchez l’erreur ! Si nous avions l`assurance que ces logements permettraient à des jeunes de la commune de s`offrir un logement abordable, l`investissement ne serait pas discutable. Mais seuls environ 20% de ces logements seront à caractère social, et la résidence de tourisme sera par définition saisonnière.

 

Enfin, est-il besoin de dire que  nous devrons encore nous opposer aux élus si la mairie persiste à envisager la construction d`un groupe scolaire en zone humide et trop loin des lieux d`habitation pour que les enfants puissent se rendre à l`école seuls ou au moins sans voiture ?

En conclusion, ce projet rassemble tous  ceux envisagés sur ce secteur depuis une quinzaine d`années et dont les pornichétins n`ont pas voulu!  Espérons qu`il ne verra pas plus le jour que les précédents, en tous cas pas sous sa forme actuelle.

Pour Pornichet Environnement Patrimoine,        Béatrice Legeais

Repost 0
Published by BureauAPEP - dans Urbanisme
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 09:11

La tempête Xynthia, les zones à risque et le bons sens.

 

Nous avons attendu quelques semaines  pour nous exprimer sur  le terrible bilan de la tempête Xynthia par égard pour les victimes. ( des membres de notre association ont hélas perdu des proches ).

 

 A présent, Il est temps pour nous de revenir sur un sujet « qui fâche »  à Pornichet.

 

La plupart d’entre vous suivent notre action depuis des années et savent  combien notre association a insisté et bataillé  pour qu’on ne construise plus sur les zones inondables situées à proximité de l`hippodrome. 

Malgré la fréquence des inondations ces dernières années dans le secteur, les appétits immobiliers des promoteurs et la complaisance, pour ne pas dire les francs encouragements des différents maires, n’ont pas permis à notre association et aux victimes de faire triompher le bon sens.

A Pornichet, comme dans les communes sinistrées après le passage de Xynthia, les associations se heurtent à des autorités qui leur affirment, contre toute logique mais appuyées par des  experts  dont on peut légitimement douter de l’ impartialité, que tout ira bien dans le meilleur des mondes et qu’on pourra bétonner tout son soûl les zones naturelles une fois que tel ou tel -invariablement coûteux- aménagement aura été réalisé.

Notons au passage que lesdits aménagements miraculeux ne sont  jamais terminés, ou même commencés,  au moment de la pose du premier parpaing.

Aujourd’hui, avec l’établissement de zones « noires » où les maisons seront détruites en Vendée et en Charente Maritime,  notre gouvernement dans l’urgence  voire pour se décupabiliser  prend des mesures extrêmes mais malheureusement pas toujours cohérentes

sans nul doute nécessaires pour corriger ces erreurs. Au  drame des inondations vient s’ajouter la perte de son logis et l`inquiétude liée au montant des dédommagements et au relogement.

On aurait pu s’épargner tout cela en écoutant les avertissements des associations et des « locaux » qui connaissent la nature. Les services de l’Etat, à présent si « efficaces »ont bien souvent été dans le sens des maires bâtisseurs à tous vents.

Il en va de même dans notre commune, et nous ne comptons plus les réponses des différents préfets ces  quinze dernières années qui nous ont assuré que nos inquiétudes étaient infondées et que la municipalité de Pornichet avait invariablement prévu les infrastructures permettant une nouvelle augmentation de la surface constructible en secteur inondable sans conséquence pour les biens ou les personnes.

 

Nous avons aussi parfois à essuyer les réflexions de particuliers nous traitant de rétrogrades et affirmant qu’en remblayant toute la zone on peut bien construire, et que c’est Le Progrès.

Ne doutons pas que dans quelque temps les drames de la Vendée  et de la  Charente Maritime seront oubliés, comme les précédents l’ont tous été.

 

En attendant, et même si on peut espérer ne pas perdre de vies dans notre commune, rappelons que le nouveau Plan Local d’Urbanisme, malgré nos préconisations, maintient la constructibilité des environs de l`hippodrome. On nous affirme, une fois de plus, que tout a été prévu et que les contraintes seront tellement lourdes que les constructeurs y regarderont à deux fois et que lorsqu’ils bétonneront, ce sera en douceur. Permettez-nous d`en douter.

Si réellement on veut construire dans ce secteur-et pourquoi pas, après tout, nous ne sommes pas si rétrogrades- c’est du modèle Hollandais qu`il faut s’inspirer :  Il faut construire sur pilotis.

 Et puisque les intérêts financiers passent toujours avant l`humain, reconnaissons-le  :

Oui, c`est très coûteux.

 

Expulser des habitants, détruire leurs logements, les reloger  l`est beaucoup plus sans parler des conséquences psychologiques de la perte des repères de toute une vie.

 

Pour Pornichet Environnement Patrimoine,

Béatrice Legeais

Repost 0
Published by BureauAPEP - dans Urbanisme
commenter cet article

Articles Récents